Montchat du XX° au XXI°siècle

Synthèse Historique de Montchat

Les Journées Métropolitaines du Patrimoine 2022 valorisent les femmes et les hommes venus enrichir l'agglomération lyonnaise…

Le patrimoine lyonnais est issu des diverses migrations qui se sont installées à Lyon, dans ses faubourgs ou les villages alentours, au fil du temps :
°Comment ces influences externes ont-elles modelé durablement la vie lyonnaise ?
°Comment se manifestent-elles dans le tissu urbain, économique, artistique du territoire et les pratiques de ses habitants ?

tempImageKMoga0

*Qu'en est-il pour Montchat ?
voici une synthèse élaborée au fil des lectures et des témoignages…

mtchat hist ƒ-synth 20

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 20:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Montchatois/oises ! RV

Les Journées Métropolitaines du Patrimoine 2022 valorisent les femmes et les hommes venus enrichir l'agglomération lyonnaise…

Montchatois, Montchatoises, Faîtes-Vous Connaître !  
"dites nous d'où vous venez et 
quels sont vos savoir-faire" :

plus que quelques heures avant la 1°restitution pour participer à la consultation et être invité !
Participez à la consultation ✍︎

En échange de votre contribution vous recevrez une introduction à Montchat sous l'angle du thème des JP-22 !

 

jep mtchat pano-W

 

 1° restitution le vendredi 16 septembre 22 à l'Espace E.Triolet…

De nombreux secteurs de Montchat ne sont pas représentés dans notre panel : faites passer l'info svp !!

https://cutt.ly/zZpzDJ7 >

pour les personnes qui n'ont pas internet, nous avons une version-papier sur demande… 

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Un Petit Air de Fête

Place du Château, les 3 et 4 septembre 2022 après-midi, entre été et rentrée,

attractions square de l'église avec de l'ARTISANAT montchatois (samedi toute la journée),

LOISIRS et VILLAGE - ASSOCIATIONS  animés par des bénévoles (samedi et dimanche après-midi) :

venez, participez, rencontrons-nous, sur un P'tit Air de Fête !

Capture d’écran 2022-09-02 à 00

samedi à partir de 16h + diner possible entre concitoyens,

dimanche idem, animations, buvette, jeux, détente, associations, de midi à 18h 

à suivre sur place 

Posté par Montchat-XX-XXI à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Montchatois, À Vous !

Les Journées Métropolitaines du Patrimoine 2022 valorisent les femmes et les hommes venus enrichir l'agglomération lyonnaise…

Le patrimoine lyonnais est issu des diverses migrations° qui se sont installées à Lyon, dans ses faubourgs ou les villages alentours, au fil du temps :
Comment ces influences externes ont-elles modelé durablement la vie lyonnaise ?
Comment se manifestent-elles dans le tissu urbain, économique, artistique du territoire et les pratiques de ses habitants ?

jep 2022 logo bis

*Mi-XIX° siècle Montchat était un hameau agricole, d’habitat dispersé, perçu par les Lyonnais comme une villégiature. L’urbanisation s’est accentuée Entre-Deux-Guerres à la fois par l’investissement immobilier et par la forte demande de logements dûe à l’exode rural… Écrivons la suite de l'histoire !

Montchatois, Faîtes-vous Connaître !  
"dites nous d'où vous venez et 
quels sont vos savoir-faire :
vos talents sont le patrimoine matériel et immatériel de la Métropole…"

kt mtchat perimetre dess

RV ici : dans "contactez l'auteur", ou sur <montchat-etude@francemel.fr>
si vous n'avez pas internet, nous vous communiquerons un RV dans le centre de Montchat
via un volontaire

☞Si vous voulez, vous pourrez participer à la consultation ✍︎ sur les origines et les talents des Montchatois svp (6mn) en septembre ? 

⌲rendez-vous sur ce blog pour la suite de ce programme… au fur et à mesure de son élaboration = venez nous aider ! 

 

Appel à participation…
pour monter cette action d'ici mi-septembre : si vous avez du temps, même en pointillets, et qq compétences variées, rejoignez-nous !

-rédacteurs, 
-sondeurs
-graphiste ou communiquants
-distributeurs, conteurs
-scripts
-collecteurs
-cartographes
-statisticiens
-historiens
-dessinateurs
-etc…

☞contactez le Conseil de Quartier < cdqmontchat@gmail.com>

 

Capture d’écran 2022-07-10 à 00

in l'Attractivité de Lyon sous l'Ancien Régime © M.Garden 1971

*pour aller plus loin :
 °apports italiens : A.Chatelain 1952  
°Lyon 
Attractive : M.Garden 1971
°Arméniens en Rhône-Alpes : A.Boudjikanian 1995
°Place du Pont : A.Battegay 2003
°Immigrations à Lyon : A.Meyer 2008

°pages 8 à 16 du lien 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Délaissés Urbains : Eugénie/Buisson

Montchat devient ville sous la pression des habitants, et surtout sous la pression immobilière générale... pourtant quelques m2 de verdure reviennent ! Voici de petits coins qui évoluent peut-être d'une manière inattendue :

square Eugénie/Buisson
un leg devient un square via une tribulation verte et parfois poétique…

*Le plan parcellaire de Lyon indique en 1911, un propriétaire Bayet qui a une maison en bordure de rue avec un perron à escaliers qui mène au jardin. Le tout est bordé de mur et une porte de jardin est dessinée à côté da maison.

aml mtchat C eugenie-buisson bayet 1911

 

*En 1934 et 1948, le plan indique "Domaine Goy : jardin potager et d'agrément", la  maison et son perron sont inchangés… il n'y a pas d'arbres.

aml mtchat C eugenie-buisson gog 1934

 

*En 1971, le plan est vide : plus de maison, ni de jardin, seule un passage au nord semble une entrée.

aml mtchat C eugenie-buisson x 1971

 

*Le plan parcellaire de 1978 inqique que le tarrain est à la ville de Lyon, et surprise, la maison au perron y est à nouveau dessiné !
☞-->Qui en a le souvenir ? une photo ?

aml mtchat C eugenie-buisson HV-ly 1978

 

En 2012, un habitant a pris une photo, c'est un terrain en friche avec 2 arbres, qui sert est borné de pierres afin d'éviter les stationnements automobiles, les chiens en rafolent et y laissent des messages olphactifes, des habitants y plantent des poèmes…

IMG_0311

☞Quand la maison a-t-elle été démolie ? à quelle fin ?

 

IMG_6982

 *En 2013 la mairie du 3°arrondissement décide de l'aménager et les habitants sont consultés : qu'en faire ? quels sont les besoins locaux ?
Un premier aménagement, très minéral est construit, dédiant l'espace aux enfants de 12 ans et plus. Les arbres, malades, ont été enlevés, l'entretien des plantes doit être minimal. 

IMG_3530

*En 2014 le passage est modifié afin de limiter les mini-rodéos et un composteur collectif public est installé…

TVB arbres anc-trottoir pave3 garibaldi

 

*2020 : les arbustes, buissons à fleurs se développent d'année en année, 

Capture d’écran 2022-08-22 à 16

 

d'autres aménagements végétalisés du quartier… 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Défilés des 4-Pattes dans Montchat

Chaque année, à l'occasion des dates des Fêtes de Montchat, nous publions des archives : cette fois, il s'agit en plus d'Avant/Après puisque ce samedi a eu lieu un défilé qui nous donne l'opportunité de reviver des photo souvenirs ! 

2022 : 21 mai Fête de la Nature (Urbaine) - dans les rues et jardin de l'église

Capture d’écran 2022-05-23 à 20
©N-Regaldo

Capture d’écran 2022-05-23 à 20
©N-Regaldo

Capture d’écran 2022-05-23 à 20
©
E-Meyer

*1969 : Fêtes de Montchat
-dans l'arrière-cour de la Boucherie Soudy

Fetes-Montchat 1969 001*
©collection privée M.Tachon 

-sur la place 

FM vaches vuens 1969 tachon
©collection privée M.Tachon 

*1966 : Fêtes de Montchat

Capture d’écran 2022-05-23 à 22
©collection privée - M.Tachon

Fetes-Montchat 1966 009
©collection privée - M.Tachon

 

⌲à vos souvenirs !  
cliquez sur "contacter l'auteur" en haut à gauche du blog…

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Fêtes de Montchat 2002/22

Fêtes de Montchat 2002/2022 : 

recherche info…

glycines-expo tract mtchat 02
© collection privée

☞appel à archives : programme "Fêtes de Montchat" 2002, photographie de glycines, information sur l'exposition de photo de 2002, contact avec François Rérolle, …



 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Parc Chambovet : Témoignage Montchatois -5

La Société d'Histoire de Lyon Rive Gauche a œuvré de 1921 jusqu'en 2012 : réunissant des amateurs éclairés, des observateurs, des progessionnels, mettant en valeur l'ancienne Guillotière et publiant des bulletins feuilletonnés qui sont disponibles aux archives Municipales et aux Archives Départementales, à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu. Elle a cessé officiellement ses activités en janvier 2013 et a transmis ses fonds à la Société d'Histoire de Lyon. Elle a été un témoin de l'évolution de ce territoire et a mis en valeur les archives privées…

mtchat 1938 air chambovet1 ign
extrait vue aérienne ign 1938

La vie aux Alentours du Parc Chambovet dans les Années 1900-1950

Ce troisième et dernier chapitre n’a pas de ligne directrice très précise, mais il relate diverses paroles de Mme Piolat sur la vie à Montchat ou aux alentours du parc, dans les années de l’Entre-Deux-Guerres.

*L’école [primaire] était avenue du Château. L’institutrice de Montchat était une femme remarquable. Elle tenait des classes de quarante élèves. Mme Piolat se souvient qu’elle parvenait à les mener presque tous au Certificat d’Études. Seulement deux ou trois élèves par classe n’y parvenaient pas. Le travail qu’elle se donnait pour la réussite de ses élèves inspirait au plus grand respect.

Pour les enfants, les retours de l’école étaient assez longs, car ils étaient marqués par les jeux, notamment le jeu des osselets (qui étaient de vrais osselets de moutons). Un autre amusement des enfants, au retour de l’école, était de sonner les cloches des maisons. Mais c’était très risqué, car à l’époque on ne lésinait pas sur les fortes corrections lorsqu’on attrapait les chenapans... Mme Piolat se souvient, non sans rire, s’être fait prendre et avoir été bien sermonnée à ce jeu-là...

+Dans les années 20 et 30, Marguerite (Mme Piolat) allait aux champs vers la propriété Berliet. A-t-elle connu les enfants de la famille Berliet ? Même si certains étaient peut-être de son âge, ces enfants ne s’aventuraient pas dans les champs alentours, et ne pouvaient pas se mélanger aux enfants du voisinage pour des escapades dans la campagne. Ils étaient strictement éduqués, restaient dans le grand parc de la propriété Berliet. Le mélange des genres n’était apparemment pas de mise à cette époque pour les enfants des grandes familles lyonnaises.

*Outre les travaux des champs, les chevaux servaient aussi à tirer des tombereaux pour ramasser les équevilles (c'est-à-dire les ordures ménagères). La tâche des équevilles existait toujours en 56-57, voire en 1960. On appelait l’ânier, la personne chargée de cette tâche. On aimait bien rire et plaisanter à l’époque. Par exemple, on se souvient du cheval d’un certain ânier, qui tirait le tombereau de maison en maison pour le chargement des équevilles, et qui, par efficacité, avait été dressé, comme tous les autres chevaux, pour ne marquer que de brefs arrêts à chacune des maisons. Mais le cheval de cet ânier-là avait bien compris qu’il y avait une exception, et qu’il devait faire une très longue pose à une maison bien précise, car son maître y avait fait connaissance d’une femme pour laquelle les tâches à accomplir devaient largement dépasser le cadre des simples équevilles !...

La rue Laviolette montait au Parc Chambovet. Après-Guerre, cette rue était toujours en terre. En bas de cette rue, vers la rue Constant, s’y trouvait un étang (à l’endroit de l’ancienne résidence pour personnes âgées).
Les rues étaient éclairées par quelques lampadaires à gaz, qu’un gazier se chargeait d’allumer.
Dans l’angle Nord-Ouest de la rue Laviolette et rue Alfred de Musset se trouvait l’épicerie Pécheux.

sac ali v

+Mme Piolat-Bonfy se souvient que l’avenue Lacassagne était beaucoup plus animée. «Il y avait un boucher, un boulanger, un droguiste, un coiffeur, un marchand de journaux, [une fleuriste + un porte-pot sur la rue Trarieux Y Eugénie] etcQu’en reste-t-il aujourd’hui ?»»

Pour finir, notons également, lors de notre entretien, cette parole spontanée mais forte de Mme Piolat : « Maintenant, à Montchat il n’y a plus grand chose ! ». Si l’on en croit cette parole, on peut certainement imaginer que cela en dit long sur la façon dont la vie de quartier s’est déstructurée à Montchat, au fil des décennies, et sur les efforts qu’il faudrait mener pour que Montchat retrouve le chemin d’une vie de quartier de plus en plus appréciée par ses habitants.

J’adresse tous mes remerciements à Mme Piolat pour cet entretien. Je garderai l’image du visage joyeux de ses quatre-vingt-douze ans, de ses yeux pétillants, de son esprit humble, mais débordant de vie et d’humour, traits qui devaient certainement l’habiter lorsqu’elle profitait, jeune fille, de la vie dans les campagnes de Montchat.

Christian D. 2013

voir carte historique des commerces…  

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Chambovet : Témoignage Montchatois -4

La Société d'Histoire de Lyon Rive Gauche a œuvré de 1921 jusqu'en 2012 : réunissant des amateurs éclairés, des observateurs, des progessionnels, mettant en valeur l'ancienne Guillotière et publiant des bulletins feuilletonnés qui sont disponibles aux archives Municipales et aux Archives Départementales, à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu. Elle a cessé officiellement ses activités en janvier 2013 et a transmis ses fonds à la Société d'Histoire de Lyon. Elle a été un témoin de l'évolution de ce territoire et a mis en valeur les archives privées…

Le Parc Chambovet du temps de la ferme de la famille Bonfy

Ce chapitre relate le souvenir de Mme Piolat, en ce qui concerne plus spécifiquement le Parc Chambovet.

Ce récit pourra également intéresser les personnes attachées au Parc Chambovet, les membres et les sympathisants de l’Association Parc Chambovet.

II-1 Ferme Bonfy

À la fin du XIXème et au début du XXème siècle, il faut imaginer que la colline de Montchat est une vaste et belle campagne allant du château de Montchat jusqu’aux Essarts (actuellement Bron les Essarts). Elle est traversée par quelques chemins qui vont de ferme en ferme (par exemple l’allée des Pins, devenue l’Avenue Lacassagne). L’étendue de la campagne tout au long de cette colline était de 200 hectares (cf. G Bazin), soit cinquante fois la superficie actuelle du Parc Chambovet !

Présente depuis 1888 sur les terres des alentours du Parc Chambovet, la famille Bonfy deviendra la dernière famille à tenir une ferme sur ces domaines Montchatois. Au début du XXème siècle, les terrains cultivables cédaient rapidement leur place à la construction. L’exploitation agricole se termina vers la fin des années 40.

Voici deux photos des moissons au Parc Chambovet :

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

De gauche à droite :
Mme Bourgeat. En chemise blanche devant la machine: André Bonfy, le frère. Debout sur la machine, derrière, trois personnes : Jean-Marie Bonfy père, une tante et un oncle. Au pied de l’oncle, robe claire : Mme Bonfy mère. A droite, des voisins. A droite de l’homme à la casquette, Jean-Marie Bonfy fils (frère de Marguerite).

 

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

De gauche à droite :
Jean-Marie Bonfy fils, appelé « tonton grand » . Son frère André Bonfy. Fleury Bonfy, surnommé « La fleur ». A droite de l’homme à la casquette, derrière sur la machine, Jean-Marie Bonfy père. Mme Bonfy mère (enceinte de Marguerite). Dernière personne à droite : Mme Bourgeat.

 

On imagine que cette photo et celle figurant sur la couverture de la revue Rive Gauche,
ont été prises le même jour de moissons, lors de l’été 1919.

Mme Piolat se souvient que les champs situés sur l’actuel Parc Chambovet s’appelaient les champs du Père Mougel.

Pourquoi le Parc Chambovet était- il communément appelé ainsi ? Difficile à dire. Mme Piolat ne s’en souvient pas, il faudrait le rechercher.
Le terme « Parc Chambovet »n’était pas utilisé à l’époque pour désigner ces terres.

 

 II-2 Les autres Fermes

Sur le plateau du Parc Chambovet, côté Sud-Est, au sommet de la pente, se trouvait une autre ferme, reliée par le chemin de l’actuel Boulevard Pinel, puis de celui de l’impasse Pommier. Cette ferme était exploitée par Georges Balfin.

On devine les toits de cette ferme sur les photo des moissons de 1919, derrière les personnes qui posent avec la machine et les chevaux.

Voici des extraits de ces photos où l’on devine cette ferme.

Capture d’écran 2022-07-09 à 22

De cette ferme, il ne reste plus qu’un vestige : le puits. Ce puits existe toujours, à l’intérieur du parc, à vingt mètres de l’entrée du côté de l’impasse Pommier. Il a été bouché par une chape de béton. La ferme avait entre autres deux grands hangars qui servaient d’entrepôt aux machines agricoles, ou qui faisaient office de grange à moutons. Simone Gaubert se rappelle que la ferme de Georges Balfin était appelée la maison des moutons.

Depuis la ferme des Bonfy (rue St Denis de Bron) on allait à "Mouge" (Parc Chambovet) en passant devant la maison du père Doublier (actuellement maison d’Henri Gaubert et de Simone Gaubert-Doublier), derrière laquelle se trouvaient des figuiers qui régalaient les enfants à la fin de l’été.

Puis on prenait un chemin commençant au bas du parc, côté rue des Peupliers, au niveau de l’entrée actuelle du parc. Ce chemin montait tout droit dans la pente, jusqu’à la ferme de Georges Balfin, et il continuait jusqu’au chemin de l’actuel Boulevard Pinel.

Cette voie s’appelait communément "la montée à Mougel". Mme Piolat se souvient que ce chemin était tout du long bordé de jolis mûriers. Ces mûriers servaient certainement à la culture des vers à soie (mais Mme Piolat n’a pas pu nous confirmer cela ; si c’était le cas, cela devait être avant son époque, c'est-à-dire avant la grande guerre). Par contre Mme Piolat se souvient bien que petite (dans les années 1925-1930), elle cueillait des feuilles de mûrier pour les amener à l’école, car il y avait un élevage de vers à soie pour les enfants à l’école. Mme Piolat se souvient également que les enfants de son âge se régalaient des fruits des mûriers (de petits fruits allongés formés de grappes de grains blancs sucrés).

Au début des années 2000, il ne restait que deux mûriers témoins de cette période. En 2009, l’un d’eux fut abattu, et remplacé par un arbre commun (frêne). Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un seul mûrier, arbre magnifique que l’on peut voir sur la pente du Parc Chambovet, le long de la haie bordant les jardins dits « portugais ». Cet arbre est donc le dernier témoin du bel alignement de mûriers qui bordaient ce long chemin, et dont la beauté reste encore gravée dans l’esprit des gens qui ont connu cette époque.

 

Capture d’écran 2022-07-09 à 22

 

Voici maintenant l’intégralité de la petite photo de Marguerite tenant sa filleule, aux côtés de Tintin Berger. De cette photo sont tirés certains agrandissements précédents. Il y est écrit au dos, dans une belle écriture : "Pour Guiguite". C’était le petit nom de Marguerite Bonfy.

Cette photo de 1936 a également son attrait du fait qu’elle montre la dernière vache ayant brouté au Parc Chambovet.

La dernière vache de la ferme de la famille Bonfy a été vendue en 1936. La plupart des moutons avaient été vendus bien avant. La vache figurant sur la photo ci-dessous est, d’après Mme Piolat, la dernière de l’exploitation, et donc la toute dernière vache des pâturages du Parc Chambovet.

Capture d’écran 2022-07-09 à 22

Sur les pentes du Parc Chambovet, la dernière vache ayant foulé l’herbe du parc.
Assis dans l’herbe : Marguerite Piolat-Bonfy, tenant dans ses bras sa filleule Marcelle Hottin,

et à gauche leur cousin Tintin Berger. Petite photo (11x6 cm), prise en 1936.

 

Au début du chemin de la montée à Mougel (peu après l’entrée actuelle du parc, côté rue des Peupliers), se trouvaient quelques maisons, construites apparemment soit avant, soit peu après la grande guerre. Notamment deux maisons sur le bord du chemin bordé de mûriers : celle de Mme Mandrile, et celle de M. et Mme Pépin. Le couple Pépin travaillait à l’hôpital du Vinatier. Certainement du fait qu’ils travaillaient à l’asile, les enfants du voisinage les trouvaient bizarres, un peu suspects. Les gones s’amusaient à dire qu’ils étaient un peu fous, tout comme les malades qu’ils soignaient à l’asile...

Un des oncles Bonfy avait monté une entreprise d’assainissement. Il est possible qu’il ait été propriétaire d’un lot situé sur la zone du Parc Chambovet.

Pendant la Seconde-Guerre, Mme Piolat se souvient que les soldats de la Part-Dieu venaient labourer les terres de Chambovet pour y planter des pommes de terre.

Le terrain où se trouve actuellement la Clinique Trarieux était aussi un terrain vert. Sur le bas s’y trouvait une petite ferme de quelques vaches, à la place de la pharmacie Mutualiste. Ce terrain constituait également un beau domaine occupé par la famille Reigner, une famille de fromagers exerçant sur la région lyonnaise. Leur maison subsiste, elle se trouve à l’arrière de l’aile Nord-Ouest de la clinique.

 

II-3 Vers un Espace Public de Loisirs ?

En haut du plateau, côté Nord, vers l’actuelle aire de jeux des enfants, se trouvait une très grande et très belle maison, au n° 4 rue Chambovet. L’entrée était au niveau de l’actuel grand portail aux piliers de pierre donnant sur le parc. Entre les deux guerres certainement, les propriétaires, au lieu de céder ce domaine à leurs enfants, les avaient déshérités pour le donner à la Ville (une pratique inhabituelle de dépossession, mais possible à l’époque). Ainsi, au lieu de penser à leur propre descendance, les propriétaires avaient préféré que tous les enfants du quartier et des écoles environnantes profitent de ce domaine idéalement situé.

Une fois acquise par la Ville, cette maison servit d’entrepôt d’équipements sportifs pour les écoles, et de vestiaires pour les groupes venant faire du sport. Puisque cette maison était rue Chambovet (nom de famille de la mère de Richard-Vitton), on disait communément, lorsque l’on se rendait sur ce site, que l’on allait faire du sport "à Chambovet". C’est peut-être ainsi que le parc hérita de ce nom. Une des parties de la maison comportait également des logements pour des familles d’instituteurs. Durant la Seconde-Guerre, le domaine fut réquisitionné et habité par des soldats allemands (ceci alors que la famille Tavernier logeait dans la maison voisine, au n° 2 rue Chambovet !...). Puis ce fut au tour des soldats américains, paraît-il très sympathiques, de l’habiter.

Il est possible que les nombreuses activités de la jeunesse de Montchat sur ce domaine, ainsi que la possession de ce bien par la Ville, aient favorisé une décision municipale de construire un lycée sur ce tènement. Cette décision de construction du Lycée, dans les années 1950, aurait permis de lancer un processus de rachat, par la Ville, d’autres terrains sur la zone de l’actuel Parc Chambovet, car il fallait certainement étendre le tènement dédié à la construction du lycée [projeté]. Malgré cela, cette décision de construction ne fut pas concrétisée.

Dans les années 1960, la Ville céda le terrain de Chambovet aux Hospices Civils de Lyon, afin qu’il y soit construit "un hôpital d’urgence". Ce nouveau projet nécessitait certainement une grande surface. Ceci engendra une préemption beaucoup plus importante que celle opérée précédemment par la Ville pour le possible projet de construction du lycée. Après une période certainement longue de tractations du côté des HCL, le projet d’hôpital fut abandonné. Néanmoins, les terres préemptées par les HCL furent en partie conservées. Il en résulta l’élargissement de l’espace constituant la zone verte du Parc Chambovet, jardins compris. Finalement, l’hôpital ne s’est pas construit, mais au moins, la zone du parc ne fut plus possédée par des privés, et donc elle n’a pas pu être morcelée et vendue pour des constructions, contrairement à l’immense majorité des terres de Montchat.

On peut donc se souvenir que le geste de ces parents, qui déshéritèrent leurs enfants pour que la jeunesse de Montchat profite de leur maison et du domaine de la butte de Chambovet, fut peut-être déclencheur de la genèse du parc, et à l’origine des diverses procédures d’accumulation, par la Ville et par les HCL, de terres vierges autour de la butte de Chambovet. On peut imaginer que sans le geste inhabituel et marquant de ces parents, nous n’aurions peut-être pas hérité de ce magnifique Parc Chambovet, et de ses jardins.

Christian D. 2013

suite dans les prochaines semaines

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Bonfy : Témoignage Montchatois -3

La Société d'Histoire de Lyon Rive Gauche a œuvré de 1921 jusqu'en 2012 : réunissant des amateurs éclairés, des observateurs, des progessionnels, mettant en valeur l'ancienne Guillotière et publiant des bulletins feuilletonnés qui sont disponibles aux archives Municipales et aux Archives Départementales, à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu. Elle a cessé officiellement ses activités en janvier 2013 et a transmis ses fonds à la Société d'Histoire de Lyon. Elle a été un témoin de l'évolution de ce territoire et a mis en valeur les archives privées…

La famille Bonfy
Exploitant agricole à Montchat

Suite au récit de Georges BAZIN,
voici maintenant un complément de texte, cette fois tiré des échanges avec Mme Piolat,
ce 12 novembre 2011.

La dernière ferme des Bonfy fut celle que Jean-Marie Bonfy (le grand-père de Marguerite, né en 1849), occupa avec sa famille depuis 1888, et que son fils Jean-Marie Claude Bonfy (le père de Marguerite, né en 1888) finit par racheter en 1919. Cette ferme était située au 103 chemin St Denis de Bron (rue Trarieux). Le bâtiment principal de cette ferme est toujours existant.

Jean-Marie Bonfy fils (le frère de Marguerite), était né en 1906. Il était l’aîné d’une famille nombreuse. Il avait vu son père, Jean-Marie Claude, partir à la guerre (21ème régiment d’infanterie, C14.3, section d’Angins, secteur 77). À l’âge de huit ans, il avait été confié au très jeune Jean-Marie Bonfy le rôle de tenir la ferme pendant que son père était au front. Ce jeune garçon tint ce rôle tout au long des quatre années de guerre. On imagine qu’il avait dû faire preuve d’un très grand courage, tout comme sa mère, pour tenir cette exploitation au cours de ces terribles années. Son grand-père (Jean-Marie, né en 1849), restait à la maison, mais il ne pouvait l’aider, car il était paralysé. Le grand père est mort en 1916.

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

Marguerite Bonfy (Mme Piolat), est née un matin du 26 novembre 1919. Elle était allée à l’école dès l’âge de deux ans (soit en 1921), car son père, Jean-Marie Claude, était revenu malade de la guerre, à cause des gaz. L’école était avenue du Château. Mme Piolat se souvient que l’institutrice de Montchat était une femme remarquable.

Dès son plus jeune âge, Marguerite Bonfy (Mme Piolat) allait loin dans les champs alentours pour faire paître les vaches ou les moutons. Les troupeaux faisaient cinq ou six vaches. Les terrains cultivables autour de la colline de Montchat étaient très étendus. Marguerite Bonfy pouvait se rendre jusqu’aux champs où se situe actuellement l’hôpital Desgenettes. Elle relate un souvenir marquant de son enfance, au sujet des enfants de la ferme devant garder les vaches dans les champs. Cette tâche paraissait assez simple, cependant cela demandait une certaine attention. Un jour, une vache avait échappé à la surveillance de Marguerite. L’animal s’était rassasié d’une trop grande quantité de luzerne, et avait « gonflé ».Les vétérinaires et ceux qui connaissent ce problème vous diront que voir une vache qui gonfle comme un ballon est assez impressionnant ; ceci d’autant plus pour Marguerite, qui était une enfant à l’époque. La vache avait tellement gonflé, qu’elle en était morte. La vétérinaire, une maîtresse femme très appréciée, n’avait pas pu la sauver. Bien qu’étant petite, Marguerite se souvient de la catastrophe pour la ferme et de la peur qu’elle avait eue à s’être fait beaucoup gronder.

La dernière vache de la ferme a été vendue en 1936. La plupart des moutons avaient été vendus bien avant. C’est cette vache, «la dernière», qui figure sur la photo ci-dessous.

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

Voici quatre agrandissements de la photo des moissons de 1919, montrant la famille Bonfy.

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

Au cours de sa vie, le frère André avait accumulé beaucoup de photos.
Mais qui sait ce qu’elles sont devenues ? Peut-être les retrouvera-t-on un jour ?

 

Les temps de guerre étaient difficiles, comme le montre l’anecdote suivante. Au soir des moissons dans les champs alentours, les épis de blé coupés mais non battus avaient été ramenés dans la cour de la ferme des Bonfy, afin de les battre ultérieurement pour séparer le grain de la paille. La récolte de ces épis de blé formait de gros tas, que l’on appelait des paillers. Un soir, un malfrat était venu mettre le feu à un pailler, ce qui avait brûlé toute la récolte. Le grand père paralysé avait vu le départ de feu. Il criait pour alerter, mais il ne pouvait rien faire d’autre. Heureusement, le feu n’avait pas pu se propager aux bâtiments. Cette anecdote montre à quel point les temps étaient durs. Comme si les malheurs de la guerre de suffisaient pas, la lutte pour survivre était un combat bien difficile pendant ces années noires.

La ferme permettait au gens du quartier de s’approvisionner en lait. Les gens des alentours envoyaient les enfants au lait à la ferme. Pour se faire, les fenotes (les femmes) disaient à leurs gones : « Va remplir la Berthe ! ».

Le lait des vaches permettait aussi de produire du beurre. Il fallait pour cela le travailler à la baratte. Le beurre se conservait dans un seau que l’on mettait dans le puits, pour le tenir au frais. Mme Bonfy mère faisait aussi le beurre, grâce à cette baratte.

La ferme avait des vaches, mais comme souvent, pas de taureau. Pour mener la vache au taureau, il fallait se rendre vers les Essarts (derrière les champs occupés maintenant par l’hôpital Desgenettes), où une ferme, au coin de la rue des Essarts, avait un taureau.

La terre du Parc Chambovet était bonne à la culture dans certains endroits, mais dans d’autres, notamment « du côté des Girardet » (certainement en haut à droite, côté Nord-Est), on disait que c’était « tout du sable ».

Autour de la ferme, on avait pris soin de planter des arbres fruitiers de toute sorte. C’était bien-sûr un grand plaisir de bénéficier, au fil des saisons, de toutes ces variétés de fruits.

Comme c’était l’usage à l’époque, Mme Bonfy mère allait vendre les produits du jardin aux marchés de la Ville.

Capture d’écran 2022-07-09 à 21

 

Avant la première guerre, Mme Bonfy mère avait embauché un jeune homme de 14 ans. Il était parti à la guerre à l’âge de 18 ans, et il en était revenu. Il est mort à 54 ans. Il était presque un frère pour Jean-Marie, et il n’avait jamais quitté la maison Bonfy.

Jean-Marie Bonfy père avait lui aussi survécu à la guerre. Mais il avait été gazé. Il en est mort quelques années plus tard, en 1921. Et pour ajouter à la souffrance, son exposition aux gaz, pourtant bien réelle, n’avait pas été enregistrée et reconnue par les autorités.

Mme Bonfy mère avait eu trois enfants (dont Marguerite en 1919). Mme Bonfy mère était elle-même l’ainée de dix frères et sœurs ! Son mari, Jean-Marie Bonfy père, était l’aîné de six ! C’est dire de la vie certainement très laborieuse qu’ils avaient dû tous deux mener, ceci dès leur plus jeune âge, pour soutenir leurs parents et pour participer à l’éducation de leurs frères et sœurs.

Après la première guerre, malgré les malheurs accumulés, la perte du grand-père (1916) et du chef de famille (1921), les membres de la famille Bonfy ne perdent pas courage. Ils se lancent progressivement dans le transport et la livraison de marchandises. Leur grande richesse était d’avoir acquis un camion, ce qui était rare à l’époque. Le camion permettait de livrer les maisons de Lyon en charbon, ou encore de livrer du gravier ou divers matériaux. Mais à l’éclatement de la seconde guerre mondiale, le camion fut réquisitionné par l’armée française. Ce fut un nouveau coup dur pour la famille Bonfy, car elle perdait son moyen de subsistance.

Un des oncles Bonfy avait cependant monté une affaire d’assainissement et de vidange des fosses. Un métier important à cette époque, car les réseaux de collecte des eaux usées n’étaient pas toujours structurés.

Une anecdote amusante donnée par Mme Piolat : après les années 45, dans la cour de la ferme se trouvait un coq que l’on appelait De Gaule, et une oie nommée Jeannette !

Voilà quels étaient les principaux points du récit de Mme Piolat, ce 12 novembre 2011, au sujet de la famille Bonfy et de leur vie à la ferme de la rue Trarieux, au début du XXème siècle

Christian D. 2013

suite dans les prochaines semaines : Parc Chambovet

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Famille Bonfy / Montchat -2

La Société d'Histoire de Lyon Rive Gauche a œuvré de 1921 jusqu'en 2012 : réunissant des amateurs éclairés, des observateurs, des progessionnels, mettant en valeur l'ancienne Guillotière et publiant des bulletins feuilletonnés qui sont disponibles aux archives Municipales et aux Archives Départementales, à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu. Elle a cessé officiellement ses activités en janvier 2013 et a transmis ses fonds à la Société d'Histoire de Lyon. Elle a été un témoin de l'évolution de ce territoire et a mis en valeur les archives privées…

 

La famille Bonfy
Exploitant agricole à Montchat

 rédigé par Georges Bazin

Capture d’écran 2022-06-24 à 23

bulletin de la Société d'Étude et d'Histoire Rive-Gauche n°53 de juin 1975

I- La famille Bonfy, derniers cultivateurs au Parc Chambovet

C’est en 1832, à l’âge de 26 ans, que Claude Joseph BONFY, ou BONFILS très probablement, prend en gérance une des fermes dépendant du domaine, entourant le château de Montchat.

Cette ferme était située route de Genas, elle fera plus tard l’angle Sud-Ouest du chemin Feuillat, lorsque l’on ouvrira celui-ci.

La maison d’habitation abritera plus tard les bureaux des établissements HEUDEBERT, maison qui sera démolie en 1966.

Son fils, Jean-Marie, naît dans cette ferme en 1849.
Au moment de la création du chemin de fer de l’Est de Lyon en 1877, les terrains de culture furent coupés en deux par le tracé de la ligne, créant ainsi une difficulté d’exploitation.

La famille BONFY abandonna cette ferme la même année, pour s’installer dans une autre, dépendant toujours du domaine de Montchat, elle se situe aujourd’hui au N° 54 de la Rue Ferdinand Buisson ; c’est l’un des bâtiments de l’école de la paroisse de N.D. de BON-SECOURS.

Jusqu’en 1888, la famille gère cette ferme, mais entre temps venait au monde : Jean-Marie Claude, deuxième du nom, fils de Jean-Marie BONFY.

A cette date, cette grande famille, - le grand-père Claude-Joseph est toujours vivant puisqu’il ne mourra qu’au début du XX siècle -, s’installe dans un nouveau domaine agricole, 103 chemin de St-Denis de Bron (rue Trarieux), où les bâtiments existent encore : ce domaine de 35 hectares, couvrait tout le haut du quartier de Montchat.

En 1906 naît Jean-Marie, troisième du nom, mon ami et Sociétaire de Rive Gauche. En 1919, Jean-Marie Claude achète le domaine.

Nombreux sont encore les Montchatois qui ont connu les troupeaux de vaches, de chèvres et de moutons, que l’on voyait encore en 1931 sur les hauteurs de Montchat, et plus spécialement sur les terrains situés à droite de la montée du chemin des Pins bordés de peupliers, que les gens du tramway appelaient "Montée de l’Asile" et qui est devenue l’avenue Lacassagne.

Dernier détail, c’est en 1936 que pour la dernière fois, on a « battu à la machine », dans la cour de la ferme, de la rue Trarieux la moisson de cette année-là.

Cette année 1936, marquait la fin de l’exploitation agricole de cet ancien et vaste domaine de Montchat qui, avant 1858, couvrait 200 hectares de terres cultivables, sans compter les vignes et les bois.

°certains animaux sont contestés par les descendants, les ayant connus…

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Chambovet et les Bonfy -1

La Société d'Histoire de Lyon Rive Gauche a œuvré de 1921 jusqu'en 2013 : réunissant des amateurs éclairés, des observateurs, des progessionnels voulant mettre en valeur l'ancienne Guillotière et publiant des bulletins feuilletonnés qui sont disponibles aux archives Municipales et aux Archives Départementales, à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu. Elle a cessé ses activités et a transmis ses fonds à la Société d'Histoire de Lyon. Elle a été un témoin de l'évolution de ce territoire et a mis en valeur les archives privées…
Plusieurs citoyens montchatois en faisaient partie, dont Georges Bazin qui a laissé son nom dans le quartier…

Lors de l'Assemblée qui a consacré la fermeture de cette association, H.Hours décrit ainsi l'esprit de la Société Rive-Gauche :
"Ces manifestations au grand jour correspondaient à un trait distinctif de Rive-Gauche, où régnait une atmosphère de bonne humeur, de simplicité sans façon et même d’amitié. (…) Ainsi notre société entretenait-elle, outre sa curiosité historique, un côté populaire qui la distinguait."

Un lecteur du blog nous a confié un article issu d'entretiens de 2011, avec une des descendantes d'une famille qui est restée dans les souvenirs des anciens habitants du quartier.

Histoire du Parc Chambovet au début du siècle dernier, et
de la famille Bonfy, derniers cultivateurs au Parc Chambovet

Ces quelques pages parlent de l’histoire du Parc Chambovet entre les années 1900 et 1950, et des membres de la famille Bonfy, qui furent les derniers cultivateurs au Parc Chambovet.

Ce récit est tiré d’un entretien avec Madame Piolat, le 12 novembre 2011, ainsi que d’un texte rédigé en 1975 par Georges Bazin.

Madame Piolat, née Marguerite Bonfy en 1919, a vécu son enfance à la dernière ferme qui exploitait les terres du Parc Chambovet.

Capture d’écran 2022-06-24 à 22

Christian D. 2013

suite dans les prochaines semaines…

 

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Recherche Glycine, Souvenir…

Retour des fleurs de glycines depuis une semaine environ dans le quartier : une habitante énonce une demande !

recherche photographie glycine de la Grille ! 

les anciens comprendront, les nouveaux découvriront !

2039CB66-21F8-40AC-BE0B-8FC062A369D0_1_105_c
©
collection privée

Derrrière le restaurant à l'angle de la rue Bonnand et du cours Dc-Long : le jeu de boules, des mûriers ? et une glycine !

cadastre 1948 39-40-46-henri 500e pl255
extrait du cadastre 1948 AML

cadastre 1974 37-39-40-44-48-henri pl 255
extrait du cadastre de Lyon 1974 (AML)

 

-->à suivre !

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Itinéraire de l'Hôpital Grange-Blanche

✸Une lectrice nous communique un historique de l'hôpital paru en 2006 dans le période de la municipalité "Demain le-3" 

ly3 hist HEH 1206 foto

 

ly3 hist HEH 1206 mkt v

ly3 hist HEH1 1206 3

ly3 hist HEH2 1206

ly3 hist HEH3 1206

ly3 hist HEH4 1206

ly3 hist HEH5 1206

 

 

☞Localement nous nommons l'hôpital "Grange-Blanche", officiellement il porte le nom d'Édouard Herriot : mais initialement quel nom lui était destiné ?

Grange-Blanche… Début XX°

Un lecteur nous envoie ces photo… 

vers 1916, au fond, le long des maisons : le chemin de Montchat… 

Mtchat HEH 1916? FLorence nivellement terrain (AML 959 WP 140)
c
hantier : carte postale ancienne (fonds AML)

Mtchat HEH 1916 gp 22-florence

 

La même maison au centre de la photo, rue Professeur Florence en 2020

Mtchat villa Schneider 11 022022Gsat florence

Mtchat villa Schneider 11 062018 60 Florence
gros plan de la Villa Schneider en 2018

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Recherche Éléments de Géologie Locale

Il nous serait utile d'avoir une coupe géologique de Montchat : l'une d'elles vient de mes archives et est très générale…

IMG_5027 2001

IMG_5029

 

Qui peut commenter pour le quartier ?

IMG_5033

 

IMG_5034

 

 

IMG_5035

Peut-on mieux comprendre la géologie de notre quartier : je doute !

qui a mieux ?

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Bibliographie sur Montchat

Bibliographie sur Montchat

biblio

*documents généraux 

cahier communal du PLU 2012  = LYON3E-CAH_COMM.pdf[pp70 + 72+74 + 84/87 = Montchat] & < http://plu.grandlyon.com/plu.php?select_commune=LYON3E > 

Patrimoine Rhône-Alpeshttp://patrimoine.rhonealpes.fr/recherche/globale?texte=Montchat&type=

•présentation de Lyon-Ville industrielle < http://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/presentation-du-patrimoine-industriel-de-la-ville-de-lyon/0acf86dc-059e-4362-bebd-958d9ed9ac47  >

Montchat, Lyon-3°, un Ancien Lieu-Dit, de la Rive-Gauche du Rhône de Georges BAZIN 1956 éd Bellier rééd CIL / 102p

Naissance et Développement mi-XIX°/mi-XX°siècle de Deux Quartiers Lyonnais : Montchat et Monplaisir

mémoire de DEA de Hélène MIRODATOS sous la direction de Sylvie Schweitzer sept 1999, Université-Lumière Lyon-II / 140p 

Connaître son Arrondissement, le 3° de Jean PELLETIER, éd ELAH 2000 / 95p  

Montchat de Guetty LONG & Gérard CHAUVY éd. Bellier rééd 2008 / 167p

•Revue de la Société Rive Gauche = chercher

Montchat : Ville Verte de F. Bregnac 1990, document de l'Agence d'Urbanisme de Lyon / cote : E-4156

Montchat ou la Vie Intérieure de S.Giraud 1999, document de l'Agence d'Urbanisme de Lyon / cote : O-9680

Entre les Bâtiments Collectifs et les Maisons Individuelles : Quelle place reste-t-il pour un Habitat Intermédiare à Montchat ? de S.Giraud 2001 document de l'Agence d'Urbanisme de Lyon / cote : O-9679

Montchat : site complet sur le quartier depuis la géologie, histoire, administration, démographie, urbanisme, transports, économie, sports, cultes, patrimoine, espace verts, etc… dernière mise à jour 2017

Montchat, la Densifivation Problèmatique d'un Quartier "Villageois" in Ville Renouvelée / Ville Contestéeanalyse de la situation urbaine actuelle ENS-Lyon, Atelier d'Initiation à la Recherche L3-Géographie

La paroisse ste-Jeanne-d'Arc : de sa Naissance au Millènaire de Gilbert Angleraud 60p éd 2000

 

50 Maisons Rasées à Montchat depuis 2001, de Benjamin Solly & Pierre Bérat dans Lyon-People avec réponse du maire-3°

 

*sites particuliers :

Rues de Lyon = < http://www.ruesdelyon.net/recherche?controller=search&orderby=position&orderway=desc&search_query=montchat&submit_search= >

Décorations Architecturales à Montchat = < http://montchatcq.free.fr/Lyon-Rive-Gauche-Rhone/Montchat/Mtchat-Deco-Ext-Habt/DEBH_themes.html  >

Chaussagne,Histoire et Souvenirs, d’un Parc sur la Colline de Montchat d'Henri Auvergne 2001 Association Amicale du Parc éd à compte d'auteur 2001 / 60p 

•Villa Berliet =
< http://www.leprogres.fr/lyon/2015/08/13/la-villa-berliet-une-maison-de-maitre-remarquable-au-coeur-de-montchat >

•sur l'entrée nord du quartier = < http://www.leprogres.fr/lyon/2015/08/04/l-histoire-de-la-vierge-et-du-chat-qui-gardent-l-entree-est-de-montchat >

•concertation Conseil de Quartier sur la Friche-RVI =<http://www.static.lyon.fr/vdl/contenu/arrondissements/3ardt/conseils_de_quartier/pdf/montchat/CRMontchat_140509_Urbanisme.pdf  >

 

•ligne 28 < http://er100.skyrock.com/2972613801-Etude-par-ligne-ligne-28-Montchat-ou-Vinatier.html > in trolleys de Lyçon < http://er100.skyrock.com/ >

 

 

 *Recherche faite dans le fonds numérisé de la Bibliothèque Municpale de la Part-Dieu dans la presse lyonnaise (quotidiens et revues) = seuls le XIX°siècle est accessible. Les numéros du Progrès de l'Entre-2-Guerres sont par contre sous format "films" au 4°étage de la dite bibliothèque : si quelqu'un veut explorer la période… (mais il n'y a pas de table des matières ou de recherche locale possible)

 

*Le blog annoncé dans la presse locale… du Progrès de jeudi 10 août 17

 

Capture d’écran 2017-08-10 à 13

 

entrevue réalisée en juillet 17

rectificatifs :

-ce n'est pas le travail d'une personne telle que citée, mais d'un groupe d'habitants du quartier qui se mobilise. Je m'occupe de l'aspect technique.

-je ne suis pas ethnologue, mais ethnographe…

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Avis Général

 AVANT DE VOUS ABONNER

bonjour

 

Capture d’écran 2018-10-31 à 13

 

Capture d’écran 2017-08-19 à 09

 

bonne journée, cordialement, Yannick Bourbon

Posté par Montchat-XX-XXI à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2022

Élections 2022 : Paysage Électoral de Montchat

*À l'issue des élections de 2022, voici des tableaux récapitulatifs des expressions électorales dans le quartier lors des présidentielles des législatives (1°tours).

•Le tableau comprend : 
-le total des votes
-la ventilation par tendances politiques (difficiles parfois)
et le pourcentage des votes exprimés qu'illustre le diagramme. 

mtchat stat-presidt 22

 

mtchat stat-legisl 22

 

*Entre les deux séries d'élections le nombre d'inscrits diffèrent. La nouvelle législation permet aux citoyens majeurs de se déclarer plus tard que précédemment…
Le nombre de votants est plus élevé aux présidentielles qu'aux législatives, ce qui est récurrents en France.
Les variations des tendances politiques de votants sont très fortes, à la fois en fonction des élections et des années, défiant souvent les estimations ou pronostics.

afin d'accèder aux autres billets sur les résultats des élections précédentes
demandez "politique"  dans le moteur de recherche interne…

 

 

 

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 février 2022

Et les Mimosas ?

✸Une galerie photo met les mimosas de Montchat à l'honneur : qui veut faire un billet ?

Capture d’écran 2022-03-18 à 22

Capture d’écran 2022-03-18 à 22
extrrait de histoire mimosa france (malgré la pub)

☞ou témoignez ici !

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,