Montchat du XX° au XXI°siècle

Christine de Suède à Montchat

 ✸Les séjours de l'ex-reine de Suède en France après son abdication, la fait passer et séjourner à Montchat.

*Kristina Vasa est née le 7 décembre 1626 à Stockholm. Son père Gustave-II Adolf Vasa, réformé est tué lors de la bataille de Lutzen (pendant la guerre européenne de Trente-Ans) alors qu'elle n'a que six ans. Elle est désignée comme héritière. Elle est couronnée en 1650??, mais elle abdique le 6 juin 1654 (avec des rentes contractuelles). Elle commence son périple européen alors qu'elle se convertit au catholicisme. 
Elle meurt à Rome le 19 avril 1689 (à 62 ans). pour en savoir plus 

Capture d’écran 2018-07-14 à 23

*Qui est-elle ?

C’est en 1656 qu’elle fit son premier voyage en France. Le duc de Guise, envoyé à sa rencontre jusqu’à Lyon, en trace un portrait mi-plaisant, mi-admiratif. Le visage est agréable, malgré l’étrange perruque d’homme. La taille n’est pas très grande, mais bien fournie, le bras beau, la main bien faite et blanche quand elle est propre, le défaut de l’épaule trop haute n’apparaît guère. « Elle est toujours fort poudrée, avec force pommade, et ne met quasi jamais de gants. Elle est chaussée comme un homme, dont elle a la voix et quasi toutes les actions. Elle affecte fort de faire l’amazone. Elle a pour le moins autant de gloire et de fierté qu’en pouvait avoir le grand Gustave son père. Elle est fort civile et fort caressante, parle huit langues, et principalement la française, comme si elle était née à Paris. Elle sait plus que toute notre Académie jointe à la Sorbonne... Enfin c’est une personne tout à fait extraordinaire... Elle porte quelquefois une épée avec un collet de buffle. »

Paris et la Cour la trouvent pareillement singulière et séduisante. «La reine de Suède, écrit une dame, m’a paru un fort joli garçon.» Un autre spectateur la dépeint chevauchant à merveille, tantôt habillée en homme et tantôt en femme, quand ce n’est pas un mélange : «Elle portait un collet d’homme avec un mouchoir noué au col à la soldate, avec un ruban noir ; ayant des manchettes d’homme et des souliers d’homme, avec une petite cotte qui ne lui venait que jusque à moitié de la jambe ; pour son train elle n’a que des hommes pour la servir et pas une femme. Si bien que celuy qui lui donne la chemise est un jeune valet de chambre bien fait... Pour ce qui est de son entretien, il est tout à fait charmant, plein de pointes et de rencontres : mais ce qui gâte tout, c’est qu’elle jure à faire hérisser les cheveux...) » Enfin on remarque ses cheveux courts et l’on colporte qu’elle excitait ainsi le coiffeur hésitant : « Coupe, coupe, Jean : veux-tu que j’aye regret à mes cheveux après avoir quitté un royaume.» 

La France lui paraît un séjour si agréable qu’elle y revient l’année suivante (1657). [c'est à cette période qu'elle est logée - à ses frais - à Montchat pendant trois semaines]
Mais à Fontainebleau où elle est logée, elle se débarrasse, non sans cruauté, dans la galerie des Cerfs, de Monaldeschi, son écuyer qui, avant de la desservir, avait peut-être poussé trop loin l’art de lui plaire. Il n’y a guère que d’Alembert pour excuser la liberté de ses mœurs ou plutôt pour ne pas croire à tous les mauvais bruits mis en circulation (…)

extraits du discours La Reine Christine de Suède à l'Académie Française, prononcé à Stockholm le 5 mai 1927, à l'occasion du 25°anniversaire de la fondation de l'Alliance Française en Suède par Henry Bordeaux, délégué de l'Académie Française.  

 

*"Le domaine de Montchal était passé entre les mains de Gaspard et Jean de Laube, seigneurs de Bron, qui le vendirent à noble François Basset, échevin de Lyon (…)" 1635/37 (car procès)

"C'est en 1657 que François Basset reçut dans sa maison-forte de Montchal, lors de son deuxième passage à Lyon, la Reine Christine de Suède.
À propos des passages à Lyon de cette souveraine, nous empruntons à l'intéressant ouvrage de Monsieur Jacquemont, quelques anecdotes résumées ci-après : 
"Revenant d'Italie, la Reine Christine de Suède traversa la France et s'arrêta à Lyon, une première fois le 14 août 1656 où elle séjournat quelques jours.
À la tombée du jour, elle parvint au faubourg de la Guillotière. Elle était accompagnée de l'Archevêque qui l'avait reçue dans la plaine de Saint-Fons, (…) escortée de plus de 1500 bourgeois superbement vêtus et montés. À 9 heures du soir, la royale visiteuse faisait son entrée à Lyon. À la lueur des flambeaux, le prévôt des marchands Guignard s'avançat et, après kes révérences d'usage, commença un discours. La Reine l'arrêta d'un geste : "Messieurs, je suis lasse, je vous prie, à demain les harangues." et dit à son cocher de passer outre. 
Le lendemain, 15 août, elle demanda que les Corps lui parlent fenou à terre. La Ville et le Présidial s'excusèrent disant ne le faire que pour le Roi. Par la suite tout se passa bien. Le 23 août, elle reprit la route pour Paris.

Revenant une deuxième fois d'Italie, elle retraversa la France et arriva à Lyon le 9 août 1657. Elle ne retrouva pas l'empressement qui, naguère, l'avait accueillie.
Les consuls, pour qu'il n'en coûte rien aux finances de la ville, prièrent un ancien échevin, le sieur François Basset de lui prêter sa maison de Montchal.
Le domaine souffrit-il du séjour de la cour de la reine ?… Il adressa une requête au Consulat qui lui accorda une indemnité de 550 £ivres pour le dédommager "de ce qu'il a souffert en sa maison, tant en ses vignes que pour le dépérissement de quelques meubles." La reine quitta Lyon le 28 août.

Elle passa une troisième fois à Lyon, mais son prestige était fort ébranlé et son séjour fut alors de courte durée et à peine remarqué !" extraits de G.Bazin Montchat, Lyon-3°, un Ancien Lieu-Dit de la Rive-Gauche du Rhône 1956 pp33/34

Que venait-elle faire à Lyon ou dans sa campagne ?

 

*documentaire sur ARTE-tv (en rediffusion parfois) 

 

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Aviateurs de Montchat

*Un correspondant nous envoie ce billet pour lequel il n'a pas plus d'information…

 Deux Montchatois à l'honneur au début du XX°siècle : 

BRUN Etienne & MARTIN Marius

Deux inventeurs, modestes ouvriers lyonnais, originaires du quartier de Montchat à Lyon, Messieurs Brun et Martin procèdent en 1913, sur les terrains communaux de Loyettes (Ain), à des essais d’un monoplan d’un type nouveau.

Les services de l’aéronautique militaire se sont rendus à Loyettes pour voir cette «mouette» aux ailes immenses, et un rapport très favorable a été transmis au ministre compétent…

L’entoilage repose sur des sangles qui remplacent les nervures latérales, ce qui permet de faire toutes réparations d’une façon rapide et sans déchirure. Le corps de l’appareil de forme conique est en aluminium. Les nervures principales des ailes et de la queue sont en bois, armées d’une résistance à toute épreuve. Les tendeurs sont supprimés, ce qui facilite le gauchissement des ailes et de la queue. Le poids total, en ordre de marche, ne dépasse pas 26 kg. Les dimensions de l’appareil sont tout à fait réduites et permettent, une fois les ailes enlevées (ce qui demande à peine cinq minutes), de le loger sous le premier hangar venu.

Paul Mathevet

ingénieur en aéronautique

 ps : il n'existe aucun croquis disponible de l'appareil

 

☛si vous les connaissez ou que vous avez des informations :

"contacter l'auteur" en haut à gauche !

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

et maintenant !

voici où nous en sommes : 

Capture d’écran 2018-08-01 à 17

 

retour en septembre…

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Sujet d'Actualité : Piscines !

*Un article du Progrès nous apprend une nouvelle source de revenus : la location de piscines privées. 

Capture d’écran 2018-07-02 à 11
dans le Progrès de samedi 30 juin 18 

 

•D'après le plan satellite ci-dessous, il y a plus de 190 piscines privées (de toute sorte : hors-sol ou creusées) à Montchat : inutile donc d'attendre une piscine publique !

Capture d’écran 2018-07-02 à 19


☛Peut-être pouvez-vous en louer une !

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ça se Densifie au Sud

✪Dans le paysage local, les abords font aussi partie de la vision du quartier…

Sur l'ancien terrain militaire, au sud de l'avenue Rockefeller, il restait de la place, voici ce qui va pousser : 

 Capture d’écran 2018-06-15 à 15

dans le Progrès de mercredi 13 juin 18

avec un nom anglais cela passe peut-être mieux…

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Histoire de Maison : rue Gérente

Nous avions déjà suggéré une histoire d'habitation dans un billet, en pensant lancer une série…

Voici l'histoire du 10 rue Gérente par une lectrice du blog 

Maison du 112 rue Ferdinand Buisson, Lyon
Anciennement 10 rue Gérente

Capture d’écran 2018-06-23 à 12
© collection privée 2010

 

*Le terrain situé au 10 rue Gérente, à l’angle de la rue de la Caille, est vendu le 26 décembre 1900 par Marie Eugène Jacquemont et son épouse Eléonore Richard (fille et héritière de Marie Charles Camille Richard et petite fille de Louise Françoise Vitton) à M.Étienne Petrus Martinon, entrepreneur de zinguerie.

 

kt 1906 mtchat ext gerente
extrait du plan de Montchat en 1906

 La maison, ainsi que la maison voisine (au 110 rue Ferdinand Buisson actuellement), est construite entre 1900 et 1902 par M. Martinon dans le cadre d’une opération d’investissement immobilier, selon une architecture discrètement Art Nouveau. Les murs d’enceinte, en pisé, datent de cette époque. Elle a tout le confort moderne : l’eau courante, l’électricité, des persiennes métalliques et, selon toute vraisemblance, un cabinet de toilette d’une surface conséquente pour l’époque. Une rocaille (disparue par la suite) raccordée, elle aussi, à l’eau courante orne le milieu du jardin. Les ouvrages de ferronnerie et le toit travaillé et incurvé d’origine (avec épi de faitage en zinc) en font une maison pleine de charme. Le garage sera ajouté dans le courant des années 1920.

*L’intérieur se compose de deux étages nobles et d’un étage de service. Le sous-sol comprend une cave à vin d’origine et les locaux techniques (lavoir et local à charbon).     

HH mais decrottoir 112-buisson
Le décrottoir, à l’entrée, rappelle l’époque où les rues de Montchat n’étaient pas goudronnées

Alors que la maison voisine reste la propriété d’Etienne Martinon, le 10 rue Gérente est vendu en 1902 à Georges Freydier-Dubreuil, ingénieur.
Suite à sa faillite personnelle, la maison fait l’objet d’une expropriation en décembre 1909. Elle est vendue aux enchères en 1910 à Séraphin Varambon, négociant de profession.

Puis M. Valentin Rolland et son épouse, Louise Bazin acquièrent la propriété en 1920.

 

kt 1922 mtchat extrait gerente
extrait du plan Chalumeau de 1922 collection BML

En 1921, André Locquin, ingénieur et propriétaire de l’entreprise de câblerie Le Fil-Dynamo (Villeurbanne) et son épouse achètent la maison. Leur fils, Marcel Victor Locquin, qui deviendra mycologue, biochimiste et linguiste, en hérite dans les années 1950.

 

La maison est ensuite vendue en 1959 à la famille T. puis aux actuels propriétaires, la famille B. en 2005. Une extension y est ajoutée au début du XXIème siècle. Le jardin, planté de plusieurs arbres (dont certains ont plus de 50 ans) et des traditionnelles glycines de Montchat, a conservé son charme d’origine.

mtchal hts mais-brg hp ocre deco buisson
Vous remarquerez le bel épi de faîtage en zinc (un des plus beaux du quartier) au-dessus du toit en ardoise 
2006 ©collection privée

 

☛Si vous connaissez l'histoire de votre maison ou de votre immeuble, envoyez la nous en cliquant sur "contacter l'auteur" en haut à gauche !

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Droguerie-Parfumerie Matillon 1968/1994

 *Autre exemple de commerce dans le quartier, pour les années 1970/90…

la Droguerie-Parfumerie Matillon, cours Richard-Vitton

droguerie Matillon 1991 
(© collection privée, 1991)

Marguerite MATILLON, notre mère, a acheté en 1968 ce commerce de droguerie parfumerie situé 46 cours Richard-Vitton, à Mme CHARVIEU (à la suite de l’expropriation de son précédent commerce à Perrache pour la construction du tunnel sous Fourvière). Elle s’est vite adaptée à ce quartier de Montchat, agréable et commerçant.

Elle ne ménageait pas sa peine, le magasin était ouvert tous les jours, de 7h30 à 20 heures sauf le dimanche après-midi, et le lundi entre 13h et 17h, créneau réservé au réapprovisionnement. Celui-ci se faisait auprès de deux centrales d’achats : le GADU et les Drogueries du Sud-Est (pour le secteur droguerie surtout), ou de divers grossistes (pour la parfumerie :  Lagier, Pélissier… etc)

droguerie matillon 1994
(© collection privée, 1994)

Sur une surface de 20 m2 environ (plus un petit local de réserve en arrière-boutique), il n’y avait pas moins de 5000 articles en rayon. Avoir un stock sain, (sans "rossignols"), nécessitait une gestion rigoureuse des achats et des commandes, ce en quoi notre mère excellait… et ce, sans ordinateur ! 

Droguerie fine : "fine", car peu ou pas de peintures, pas de couvre sols, pas de quincaillerie ; un peu de peinture, pinceaux, rouleaux, plâtre et ciment en petits conditionnements, produits ménagers, essence térébenthine, white spirit, alcool à brûler, cires, colles, lessives (en poudre, avec le fameux BONUX dont chaque paquet renfermait un petit cadeau…), détachants, crèmes pour cuirs, teinture pour tissus "Idéal"… et quelques produits que l’on ne trouve que difficilement aujourd’hui : caoutchoucs de bocaux, naphtaline, paradicholorobenzene, ventouses pour déboucher les éviers…etc

Parfumerie : eaux de Cologne au détail (en petits tonneaux de verre), eaux de toilette et parfums divers (Tabac Original, Roger & Gallet, Molinard, etc…). Un important rayon de maquillage avec des marques telles que Gemey, Nivéa, Garnier, l’Oréal… : vernis à ongles (Cutex, Glazo, etc…), rouge à lèvres, fonds de teint, crèmes diverses, shampooings, shampoings colorants Récital de l’Oréal).

Les fêtes de Noël, 8 décembre, fêtes des mères, des pères, étaient l’occasion de faire une vitrine décorée avec soin présentant des articles-cadeaux qui se vendaient très bien. 

Pas de calculatrice à l’époque… :  le calcul mental était mis en pratique à longueur de journée !

Notre mère avait su créer des liens fidèles et parfois forts avec sa clientèle. Elle aimait rendre service. Son commerce, c’était sa vie..., et son sourire traduisait le plaisir qu’elle avait à tenir sa boutique. Ses soucis et sa fatigue (son mari -notre père- malade et invalide,) elle les laissait avec beaucoup de pudeur dans l’arrière-boutique… 

Elle a cessé son activité en 1994, l’année de ses 80 ans, et est décédée 5 ans plus tard.

Le commerce a été repris par un couple, mais il n'a tenu que quelques années, car une moyenne surface s'est installée à proximité et a ruiné l'affaire.

Personnellement, je l’ai beaucoup aidée dans ce commerce, et j’en garde un souvenir ému, je l’avoue… 

Aujourd’hui encore il nous arrive, à mon frère et à moi, de croiser d’anciens clients ou clientes qui se souviennent parfaitement d’elle et de son commerce…

 texte de Martine MATILLON

 

Si vous avez connu ce commerce, n'hésitez pas à témoigner en allant sur "commentaires" en bas de ce billet…

 

•autres billets sur les commerces de Montchat : 

-Épiceries de coin de rues  

-Boulangerie Furnion,

-Épicerie Jurdic

-Droguerie-Parfumerie Matillon,

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Avis Général

 AVANT DE VOUS ABONNER

bonjour

Capture d’écran 2017-08-19 à 09

bonne journée, cordialement, Yannick Bourbon

Posté par Montchat-XX-XXI à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2018

Bonus Fêtes de Montchat 2008

*En poursuivant dans les Fêtes de Montchat, un habitant nous fournit un souvenir de 2008 pour les 50èmes :

CFM 2008 porte-cles1 penin

 

Les porte-clés avaient été fabriqués par Paul Penin, médailler, qui était de l'organisation des Fêtes de Montchat au côté de Georges Bazin. 

AMCF 1964 cor pers-1963   AMCF 1981 pers-gr 1965

On le retrouve sur quelques photo de groupe en 1965, et en 1981…

 

Veuillez excuser la qualité des photo qui sont seulement là pour donner une idée, (si vous avez des portraits plus nets, n'hésitez pas à nous envoyer une copie svp) 

Il habitait rue St-Isidore, il est mort en 2014?,  (recherche info svp)

IMG_9052

 

Voilà c'était la série sur les Fêtes de Montchat dans l'histoire et au présent pour cette année…

☛si vous avez d'autres informations sur ce sujet, (des documents ou des photo, des souvenirs) merci de nous en faire part pour constituer les billets de l'an prochain… (svp : allez sur "contacter l'auteur" en haut à gauche)

 

 

 

Posté par Montchat-XX-XXI à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juin 2018

Fêtes de Montchat 2018 (2)

Voici les Fêtes de Montchat 2018  : 

60°anniversaire

Capture d’écran 2018-06-05 à 23Capture d’écran 2018-06-05 à 23

*Et Guignol était là ! mais pas tout seul…

fete-montchat 2018 (1)

 

  

*En cette année, les Fêtes de Montchat se sont poursuivies le samedi 2 juin par la participation d'associations qui montraient leur activité pour donner envie. 

Fete-montchat 2018 arc   Fete-montchat 2018 biblio
tire à l'arc et bibliothèque

Fete-montchat 2018 boxe   Fete-montchat 2018 jeux enfts
boxe pour jeunes et gymnastique pour gamins

Fete-montchat 2018 cirque fete-montchat 2018 cirque2?
cirque

    Fete-montchat 2018 peinture   Fete-montchat 2018 théatre?
  peinture et théâtre

fete-montchat 2018 escrime2   Fete-montchat 2018 magie
démonstrations d'escrime et de magie°

Fete-montchat 2018 jeux-roles1   Fete-montchat 2018 jeux-roles2
jeux de rôles

Fete-montchat 2018 judo   Fete-montchat 2018 musiq harmonie
judo et musique

Fete-montchat 2018 outils   Fete-montchat 2018 peche
sensibillisation à l'artisanat et jeux 


 

Et pour couronner le tout, le public était invité à danser avec des chorégraphies projetées sur un écran placée sur une estrade. Ce qui est à la mode et a beaucoup plus. Une adaptation à notre époque qui donnait du rythme et de l'ambiance à ce rassemblement.

Fete-montchat 2018 danse3

 

*Il y avait aussi la buvette qui assure maintenant quelque 40% (à confirmer) des recettes pour financer la fête.  

Fete-montchat 2018 buvette   Fete-montchat 2018 attrape-moi

et dans le même sens un jeu d'attrape-peluches.

 

•Une source interne nous assure que quelques 200 bénévoles ont participé à ces 2 jours de fêtes et à de nombreuses heures de préparation et organisation.

☛à vous de réagir !

 

 

°dans le Progrès de mercredi 13 juin 18

Capture d’écran 2018-06-15 à 15

Posté par Montchat-XX-XXI à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,