*Autre exemple de commerce dans le quartier, pour les années 1970/90…

la Droguerie-Parfumerie Matillon, cours Richard-Vitton

droguerie Matillon 1991 
(© collection privée, 1991)

Marguerite MATILLON, notre mère, a acheté en 1968 ce commerce de droguerie parfumerie situé 46 cours Richard-Vitton, à Mme CHARVIEU (à la suite de l’expropriation de son précédent commerce à Perrache pour la construction du tunnel sous Fourvière). Elle s’est vite adaptée à ce quartier de Montchat, agréable et commerçant.

Elle ne ménageait pas sa peine, le magasin était ouvert tous les jours, de 7h30 à 20 heures sauf le dimanche après-midi, et le lundi entre 13h et 17h, créneau réservé au réapprovisionnement. Celui-ci se faisait auprès de deux centrales d’achats : le GADU et les Drogueries du Sud-Est (pour le secteur droguerie surtout), ou de divers grossistes (pour la parfumerie :  Lagier, Pélissier… etc)

droguerie matillon 1994
(© collection privée, 1994)

Sur une surface de 20 m2 environ (plus un petit local de réserve en arrière-boutique), il n’y avait pas moins de 5000 articles en rayon. Avoir un stock sain, (sans "rossignols"), nécessitait une gestion rigoureuse des achats et des commandes, ce en quoi notre mère excellait… et ce, sans ordinateur ! 

Droguerie fine : "fine", car peu ou pas de peintures, pas de couvre sols, pas de quincaillerie ; un peu de peinture, pinceaux, rouleaux, plâtre et ciment en petits conditionnements, produits ménagers, essence térébenthine, white spirit, alcool à brûler, cires, colles, lessives (en poudre, avec le fameux BONUX dont chaque paquet renfermait un petit cadeau…), détachants, crèmes pour cuirs, teinture pour tissus "Idéal"… et quelques produits que l’on ne trouve que difficilement aujourd’hui : caoutchoucs de bocaux, naphtaline, paradicholorobenzene, ventouses pour déboucher les éviers…etc

Parfumerie : eaux de Cologne au détail (en petits tonneaux de verre), eaux de toilette et parfums divers (Tabac Original, Roger & Gallet, Molinard, etc…). Un important rayon de maquillage avec des marques telles que Gemey, Nivéa, Garnier, l’Oréal… : vernis à ongles (Cutex, Glazo, etc…), rouge à lèvres, fonds de teint, crèmes diverses, shampooings, shampoings colorants Récital de l’Oréal).

Les fêtes de Noël, 8 décembre, fêtes des mères, des pères, étaient l’occasion de faire une vitrine décorée avec soin présentant des articles-cadeaux qui se vendaient très bien. 

Pas de calculatrice à l’époque… :  le calcul mental était mis en pratique à longueur de journée !

Notre mère avait su créer des liens fidèles et parfois forts avec sa clientèle. Elle aimait rendre service. Son commerce, c’était sa vie..., et son sourire traduisait le plaisir qu’elle avait à tenir sa boutique. Ses soucis et sa fatigue (son mari -notre père- malade et invalide,) elle les laissait avec beaucoup de pudeur dans l’arrière-boutique… 

Elle a cessé son activité en 1994, l’année de ses 80 ans, et est décédée 5 ans plus tard.

Le commerce a été repris par un couple, mais il n'a tenu que quelques années, car une moyenne surface s'est installée à proximité et a ruiné l'affaire.

Personnellement, je l’ai beaucoup aidée dans ce commerce, et j’en garde un souvenir ému, je l’avoue… 

Aujourd’hui encore il nous arrive, à mon frère et à moi, de croiser d’anciens clients ou clientes qui se souviennent parfaitement d’elle et de son commerce…

 texte de Martine MATILLON

 

Si vous avez connu ce commerce, n'hésitez pas à témoigner en allant sur "commentaires" en bas de ce billet…

 

•autres billets sur les commerces de Montchat : 

-Épiceries de coin de rues  

-Boulangerie Furnion,

-Épicerie Jurdic

-Droguerie-Parfumerie Matillon,